Le MagDes idées pour construire demain

Portrait de colibri : Yann

Yann Le Beguec a rejoint l’équipe des Colibris au sein du Pôle Soutenir. Découvrez le portrait du coordinateur de l’Université des Colibris !

Propos recueillis par Clémence Ruppli

 
Yann, peux-tu nous présenter ton parcours ?

Je suis parti un an en Australie, à la découverte des peuples autochtones, leur culture et leur sagesse. Pendant quatre mois, j’ai été artiste de rue, je jouais le rôle d’un clown romantique français ! J’ai suivi une formation de coach et d’acteur à mon retour en France. Après avoir travaillé 5 ans comme coach et formateur auprès de PME, je participe à la création d’une école démocratique dans le nord de Paris. Et j’ai rejoint Colibris en décembre 2015.

Pourquoi avoir choisi de travailler au sein de Colibris ?

Pour faire ma part, bien sûr ! Mon rôle de coordinateur de l’Université des Colibris me permet non seulement de mettre les colibris en relation, mais aussi d’échanger et de collaborer avec les personnes qui m’inspirent, comme Isabelle Peloux (fondatrice de l'École du Colibri) et Sophie Rabhi Bouquet (fondatrice de la Ferme des Enfants), pour ne citer qu’elles !
 
Quel est ton rôle au sein de Colibris ?

Le projet de l'Université est décisif dans la transition individuelle et collective. En mettant à disposition des formations gratuites en ligne, nous abordons l’éducation, une des thématiques clés de Colibris. Nous proposons des cadres de pensée et des outils qui permettront à chacun de faire sa part pour un monde plus écologique et humain, à son échelle et à son rythme.

Travailler chez Colibris a-t-il changé quelque chose dans ta vie personnelle ?

Bien évidemment ! Cela m’a permis d’associer valeurs personnelles et vie professionnelle. Mon expérience au sein de Colibris m’a aussi fait prendre conscience que tout le monde n’avait pas la même façon de concevoir la transformation de la société… y compris au sein de l’équipe opérationnelle ! Chacun souhaite vraiment faire sa part, mais nous empruntons des chemins différents. Je n’avais pas réalisé cela avant.

Ajouter un commentaire