Projets

Vous êtes ici

Etude Ifop pour Colibris : ce que veulent les Français

Notre démocratie ne fonctionne plus comme elle le devrait...

Alors que la conjonction des crises atteint une forme de paroxysme dans le monde, une majorité de français a conscience de lʼurgence à radicalement changer de modèle de société. Selon 56% dʼentre eux, la démocratie ne fonctionne plus réellement car ce sont aujourd’hui les intérêts économiques et financiers qui priment. Seuls 12% pensent quʼil sʼagit du meilleur système pour répondre aux enjeux actuels.

Au regard de la situation économique, sociale et écologique, les politiques devraient en effet faire preuve de détermination pour enrayer des crises aussi graves que lʼeffondrement progressif de notre système économique et financier, la faim galopante qui touche maintenant plus dʼun milliard dʼêtres humains dans le monde et ne saurait épargner les pays du Nord à moyen terme, le dérèglement du climat, la disparition dramatique de milliers dʼespèces animales et végétales chaque année, lʼépuisement des ressources naturelles, la raréfaction de lʼeau potable, la privatisation des biens communs de lʼhumanité (semences, terres, eau, forêts…).

Force est de constater que les véritables enjeux ne sont pas abordés dans cette campagne. Les responsables politiques de deux partis majoritaires en France proposent des mesures en parfait décalage avec la gravité de la situation et les attentes de leurs concitoyens. Pourtant, la plupart des solutions qui permettraient dʼamorcer une véritable transition et résoudre une grande partie de ces problèmes, existent et apparaissent comme pertinentes pour la majorité des français.

Les Français veulent avant tout une société écologique et humaine

Selon les résultats de lʼétude Ifop/Colibris, en fonction des thématiques abordées, entre 55% et 80% des personnes interrogées sont en accord avec les propositions et les directions proposées par Colibris. Une grande majorité attend aujourdʼhui que les politiques engagent une véritable refonte de la gouvernance, pour une société plus écologique et plus humaine.

En matière dʼéconomie, 75% des sondés attendent des politiques une lutte active contre la spéculation et un recentrage sur lʼéconomie réelle, et 97% pensent qu’il ne faut pas laisser aux banques privées le monopole de la création monétaire. Selon 64% dʼentre eux, elle doit être gérée par de multiples acteurs : Etat, collectivités, banques... et pour 33% être le monopole de lʼEtat.

Les résultats au sujet de la mission des grandes entreprises sont tout aussi édifiants. Pour 80% des personnes interrogées les entreprises de demain devront prendre davantage leurs responsabilités sociales et environnementales. 86% sont par ailleurs favorables à une réforme de la fiscalité de manière à ce quʼelle pèse davantage sur les activités qui nuisent à lʼenvironnement.

Pour 93% des sondés, il est important de revoir le modèle agricole actuel. 54% dʼentre eux privilégie un modèle raisonné qui réduirait lʼutilisation des produits phytosanitaires (engrais, pesticides) dans un souci de limiter la pollution de lʼeau, de lʼair, des sols et les risques pour la santé. 39% attendent une refonte plus radicale avec la mise en place d’un modèle biologique, majoritairement à partir de produits locaux, dans un souci de préservation de lʼenvironnement et des emplois locaux.

Concernant le grand débat sur lʼénergie, 64% souhaitent l’abandon progressif des énergies fossiles et du nucléaire au profit du développement des énergies renouvelables.

Le sujet de lʼurbanisme est également un des grands absents des débats. Pourtant, 60% des sondés souhaite une organisation plus écologique des villes : développement des espaces verts, développement des transports collectifs, isolation des bâtiments.

Concernant le processus démocratique, 75% des personnes interrogées pensent qu’il serait bon de prendre en compte les votes blancs dans les suffrages exprimés, soit 7% de plus quʼen 2000 (étude Ifop sur la même question).

Télécharger le dossier de presse

Télécharger l'étude complète

Tous candidats, pour un changement en profondeur

Colibris propose aujourd’hui une large mobilisation populaire pour que chaque citoyen puisse s’engager à l’échelle locale et faire masse pour porter tous ces enjeux à l’échelle nationale et européenne.

“Nous vivons une forme de paralysie politique et démocratique, une forme de stupeur face au danger. C’est pour cette raison que Colibris a lancé début 2012 la campagne “Tous Candidats”. Elle a pour objectif d'interpeller les citoyens, les élus et les entrepreneurs sur la responsabilité de chacun dans la transformation de la société. Il est urgent d’appeler nos leaders à prendre les mesures qui s’imposent face aux crises écologique, économique et sociale, et de nous mettre en action dans nos vies. Colibris travaille actuellement sur un programme citoyen, qui permettra à une communauté de plus en plus large d’impulser des projets localement et de peser sur les orientations futures, à l’échelle nationale et européenne. Ce programme se construit actuellement dans les forums citoyens organisés partout en France par Colibris, et au travers de l’apport d’experts sur les grands sujets de société : économie, éducation, agriculture, énergie, urbanisme…”

Cyril Dion, directeur de Colibris

Des solutions existent !

Dans le livre (R)écolutions, pour une politique en actes, de Lionel Astruc, Colibris a mis en lumière 13 initiatives pionnières, 91 mesures concrètes, 33 propositions d’actions individuelles. Couplées aux éléments remontés des forums, elles serviront de base à l'élaboration du programme citoyen.

Découvez dès maintenant à quoi pourrait ressembler notre société