Le MagDes idées pour construire demain

La Chaîne du Vivant

 « Toutes les choses sont reliées entre elles. Vous devez apprendre à vos enfants que la terre sous leurs pieds n'est autre que la cendre de nos ancêtres, que la terre est notre mère et que tout ce qui arrive à la terre arrive aux enfants de la terre. Ceci nous le savons : la terre n'appartient pas à l'homme, c'est l'homme qui appartient à la terre. Toutes les choses sont reliées entre elles comme le sang est le lien entre les membres d'une même famille. »  Chef indien Seattle, 1854.

La modernité a édifié une civilisation souvent "hors-sol", déconnectée des lois et des rythmes du Vivant.

Pourtant, le moindre de nos actes – manger, boire, se chauffer, s’habiller, se loger, lire, écrire, etc. – plonge ses racines, dans la terre, l’eau de nos rivières, le bois de nos forêts, l’air de notre atmosphère.

Interconnexion de tous les êtres vivants : l’humain inclus dans la nature

Toutes les espèces vivantes sont liées les unes aux autres par des relations d’interdépendance.
 
Chacune d’entre elles joue un rôle spécifique dans l’équilibre de l’écosystème et les différents écosystèmes s’interconnectent pour former la biosphère et permettre la vie sur terre. Toute espèce qui disparaît est comme une maille du tricot de la vie qui saute et qui fragilise l’ensemble.
 
Aujourd’hui, le rythme d’érosion de la biodiversité est 100 à 1000 fois supérieur à ce qu’il serait sans l’empreinte de l’Homme. Nous vivons la sixième extinction majeure de la biodiversité terrestre et pour la première fois, celle-ci s’explique par l’impact d’une seule espèce sur toutes les autres.
 
L’humain, par son empreinte écologique démesurée, est en train de mettre en péril l’équilibre du Vivant et de compromettre ainsi sa propre survie.

Le cycle de la vie : rien ne se perd, tout se transforme

Le bien-fondé du cycle de la vie fait que, dans la nature, rien ne se perd et tout se transforme.
 
C’est ainsi que les déjections des animaux nourrissent à leur tour la terre ; les végétaux absorbent le gaz carbonique que nous rejetons et rejettent l’oxygène indispensable à notre vie, etc. Là encore, la cohésion de l’ensemble du Vivant est la condition de sa pérennité.
 
Avec la modernité sont apparus des déchets innombrables et pour certains non biodégradables qui ne peuvent plus s’inclure dans ce cycle naturel. Il s’agit là d’une rupture inédite dans l’histoire de la vie sur terre. Chaque français jette 360 kg d’ordures par an dont seulement 20% sont recyclés.
 
L’un des déchets les plus dangereux rejetés par l’humain, et pour lequel aucune solution de traitement ou de recyclage n’a encore été trouvée, est celui issu de l’électricité nucléaire.
Fortement radioactif, il demeure toxique pendant des millions d’années.

Que faire ?

Reconsidérer la chaîne du Vivant, c’est prendre conscience que nous ne pouvons pas vivre sans respecter l’ensemble de la nature à laquelle nous appartenons.
 
En réduisant notre empreinte écologique et en réadaptant nos modes de vie au rythme et à la capacité biologique de la terre, il est possible de retrouver l’équilibre.
 
L’agroécologie est une alternative fondamentale permettant de replacer l’humain au cœur d’un système intégré, en harmonie avec la terre, le végétal et l’animal.
 
La reconnexion à la nature et à la terre nourricière permet de savoir comment organiser nos sociétés pour que les lois de la vie soient respectées et puissent se perpétuer.

La Terre-mère

Nous pouvons affirmer objectivement que la Terre est une mère.
 
Il a fallu des millénaires pour que la mince couche de terre arable à laquelle nous devons la vie puisse se constituer.
Siège d’une activité intense et silencieuse, générée par des micro-organismes, champignons, levures, vers de terre, etc., c’est en elle que s’élaborent les substances qui permettront aux végétaux de se nourrir, de s’épanouir et de se reproduire. Et c’est aux végétaux que les animaux et les humains doivent leur propre survie.
La terre, le végétal, l’animal et l’humain, sont de cette manière unis et indissociables.
 
Ainsi, la vie s’est-elle perpétuée depuis la nuit des temps grâce à cette logique fondée sur la cohésion de l’ensemble du Vivant. Vouloir l'oublier, la dominer ou la transgresser est irréaliste.

Les cadences naturelles

La Terre a besoin de temps pour renouveler les ressources que nous prélevons et pour absorber les déchets que nous rejetons.
Pour satisfaire les objectifs de production de l’économie mondialisée, nous avons cherché à produire toujours plus et toujours plus vite.
En agriculture, la terre est dopée et maltraitée pour fournir de tout, toute l’année et en quantité industrielle.
 
Cette exigence de rendement à outrance n’est plus compatible avec les rythmes de la nature. En France, l’empreinte écologique s’élève aujourd’hui à 5 hectares par habitant.
Or, la capacité biologique de la terre disponible par personne est de 1,9 hectares.
Ce surrégime est insoutenable pour la planète. La frénésie d’existence des temps modernes est déconnectée de la cadence juste des cycles naturels.

Ajouter un commentaire