bandeau campagne 2022 : RÉagissons
Recevoir des infos
Le MagDes idées pour construire demain
Mode d'emploi

Comment réussir son projet d'installation en zone rurale ?


La deuxième rencontre nationale de l’Agora sur les “Nouvelles formes d'installation en zones rurales” a réuni plus de 120 personnes chaque jour (nous avons dû refuser du monde !). Une qualité d’échanges remarquable, un cadre idéal – celui de l’ancien monastère de Sainte-Croix - malgré les contraintes sanitaires dues au coronavirus et le soleil au rendez-vous… Que demander de plus ?!


3 temps forts :

Au menu de cette 2ème rencontre nationale de l’Agora sur les “Nouvelles formes d'installation en zones rurales” :

  •  Comment favoriser un accès aux terres et aux habitats et bâtiments d’activité pour des projets d’installation atypiques, notamment agricoles ?
  •  Quels sont les outils financiers mobilisables, en particulier les fonds de dotation citoyens (La Foncière et la Fondation de Terre de Liens, la Coopérative Oasis, le fonds de dotation de Hameaux Légers) ? Et comment construire des projets moins dépendants financièrement ? 
  •  Quelles sont les postures et les outils, y compris numériques, sur lesquels s’appuyer pour réussir son projet d’installation collective en campagne ? 

Raphaël Boutin-Khulmann (SCIC Villages Vivants) en atelier sur les accompagnements financiers possibles de projets commerciaux et artisanaux dans le centre bourg de nos campagnes

Les exposés de quatre experts des enjeux du foncier agricole et des alternatives d’installation collective sans acquisition (Yannick Sencébé d’AgroSup Dijon et Murray Nelson des associations Relier et Terre de Liens Hérault), puis des besoins d’habitations et d’offre d’habitats aussi écologiques qu’accessibles (Raphaël Jourjon de Relier, Jean-Baptiste Marine et Michaël Ricchetti des Hameaux Légers) ont été passionnants. Ils ont nourri quatre ateliers de réflexions, qui ont produit des propositions fortes pour un plaidoyer national et des initiatives aussi très opérationnelles. Parmi elles, dans le seul domaine agricole, on peut relever le souhait d’engager des évaluations territoriales des besoins en fonciers agricoles et en paysans à installer pour assurer une autosuffisance alimentaire locale. Repenser le parcellaire des fermes aussi en allant jusqu’à “démembrer” de grandes exploitations afin d'installer un plus grand nombre de paysans et une diversité de productions. Développer des coopératives d’activité multi-acteurs pour des territoires nourriciers. Et enfin, impliquer davantage les mairies à travers, par exemple, la création de régie alimentaire destinée à salarier des paysans pour alimenter des cantines, ou la création de ZEC (zones écologiques communales) intégrant des espaces de production et de préservation des ressources. 


Vincent Tardieu (Agora des colibris) et Murray Nelson (Relier)

Comment bien réussir son installation ?

En complément des ateliers sur le foncier agricole, un échange aussi rare que fécond a eu lieu avec Julian Rambaud des Jeunes Agriculteurs (JA) de La Loire et Didier Christin du think tank Sol et Civilisation, en lien avec la FNSEA, autour de leur programme “S’installer dans le Massif Central”. Au-delà d’approches différentes, cet échange a permis de souligner plusieurs points d’attention commune, comme la nécessité d’installer davantage de paysans dans nos campagnes, avec des profils et des projets diversifiés. Le représentant des JA a même reconnu le besoin de faire évoluer les formes d’accompagnement et de financement pour cela. Et ce pour répondre à l’énorme défi de renouvellement de la génération actuelle d'agriculteurs : “Plus du tiers des agriculteurs vont partir à la retraite sous dix ans !”, rappelait Yannick Sencébé, au cours de sa présentation.

Pour permettre la réussite de ces nouvelles formes d’installation atypique souvent portées par des collectifs et mêlant plusieurs domaines activités (agricoles, artisanats, éducatifs, culturels etc.), deux facteurs clés ont été mis en exergue : la construction du collectif et sa bonne intégration dans le territoire d’accueil. "Commencer par construire le collectif et prendre soin des humains qui le composent est la première étape de réussite de ces projets", soulevait Yann Sourbier. "Les questions d’accès au foncier et au bâti viennent en second plan". Plusieurs témoignages ont également rapporté l’importance de s’intégrer très rapidement au territoire. Pour Hameaux Légers, aller à la rencontre des élus, des habitants, des acteurs locaux pour présenter le projet avant même d’acquérir du foncier ou du bâti, réfléchir avec eux à des fenêtres de coopération possibles et adapter le projet aux besoins du territoire, peut être très facilitant voir parfois même soutenant dans l’accès au foncier ou au bâti.

Sur ces enjeux de l’installation rurale comme sur le recours à des financements privés ou par des fondations, les désaccords ont pu s’exprimer et se défendre sans tension. À l’arrivée, l’alchimie de l’Agora a une nouvelle fois opérée : elle a permis à la fois des échanges bienveillants et en profondeur, l’élaboration collective de pistes d’actions prometteuses et la présentation d’informations très utiles pour les nombreux porteurs de projet présents à cette rencontre.

Laurent Marseault (Outils-Réseaux)

Rendez-vous à la prochaine Agora !

La prochaine étape de cette Agora aura lieu en Bretagne, à Guipel près de Rennes, les 1, 2 et 3 octobre. Cette 3ème rencontre nationale s’élabore en particulier avec BRUDED, un réseau de partage d’expériences entre 170 collectivités dans tous les champs du développement durable. En toute logique, elle aura comme fil rouge la dimension des territoires : comment les collectivités rurales accueillent et accompagnent les projets d'installation atypiques, et comment ceux-ci contribuent à la résilience des mêmes territoires ? 

Je me pré-inscrit

En savoir +

– Visionnez les photos de la rencontre

– le compte-rendu de la 1ère rencontre nationale

le site de l’Agora

Commentaires

Cet article vous a donné envie de réagir ?

Laissez un commentaire !

Nous sommes agriculteurs en bio à Poulaines dans l'indre. Nous recherchons des candidats à l'installation agricole pour étoffer les productions bio en vente directe de notre ferme et à terme nous remplacer (7 à 10 ans). Si vous connaissez des gens qui cherchent à s'installer en agriculture, en bio et en vente directe et prêts à venir dans le centre de la France, nous sommes ouverts à toute rencontre et discussion...et "plus si affinités"...
0678389988 pour nous joindre...
Bon vent à vous
Didier AUGER

Bonjour Didier,
La Fabrique des colibris pourrait te connecter avec de potentiels repreneurs. Si intéressé n'hésite pas à me rappeler au 07 50 49 07 54