Le MagDes idées pour construire demain

Chronique "L’Effet Valentine" #4

Isolation : ni Dieu ni maître

Ingénieure agronome de formation, Clémentine Lebon a co-écrit avec Olivier Le Naire Le Revenu de base, paru début 2017. Elle a depuis acheté avec son mari, Valérian, une longère en pierre qu’ils rénovent pour pouvoir y vivre, produire leur nourriture et proposer des animations sur l’agriculture et l’alimentation. C’est le "Projet Valentine", dont elle va nous conter l’aventure en marchant…




Vous l’avez sans doute compris : notre maison ça va être la meilleure. La plus belle, la plus écologique, la plus économique, la mieux aménagée… On a pensé à tout et on est plutôt fiers de nous ! Enfin… on pensait avoir pensé à tout. Mais on a fait une découverte en nous lançant dans ce projet : si on en parle autour de soi, les autres ont (presque) toujours un avis. Et cet avis ce n’est pas seulement « Waaah trop cool votre maison ! ». Non c’est plutôt : « Super ! Et sinon, t’as pensé au chauffage au sol ? Vous faites comment pour les eaux de pluie ? Tu connais les dalles en chaux-chanvre ? Chez moi j’ai fait un enduit argile. Quoi, vous ne prévoyez pas de toilettes sèches ?... ». Au début, c’est la joie de la découverte, tu prends les remarques comme une mine de renseignements et tu améliores sans cesse ton projet. Et puis, au bout d’un moment, tu commences à gérer ton sujet et là, ça devient intéressant. Quand quelqu’un te dit : « L’idéal c’est le poêle à granulés ! », tu lui réponds du tac-au-tac : « Ah oui, mais nous on a choisi un poêle à bûches pour valoriser le bois de notre forêt. On a dimensionné la puissance avec l’ADEME, il nous faut 5kWh. On pense qu’on n’aura pas besoin de répartiteur de chaleur. » Quand tu en es là, tu te dis : « Ça y est, notre maison on la tient. On est balaises quand même ! ». Un grand sentiment de fierté t’inonde : tu vois l’aboutissement de ces longs mois de travail.

À la fin de l’été dernier, j’en étais là de mes considérations égocentriques quand je suis partie deux semaines suivre un Cours de Conception en Permaculture. J’étais gonflée à bloc pour la journée prévue sur le thème de l’habitat. Et là, en plein milieu de la matinée, le prof nous sort cette phrase, qui restera à jamais dans ma mémoire : « Restaurer une maison en pierre sans une isolation extérieure de 20cm, c’est criminel ! » J’ai visualisé ma maison en pierres apparentes extérieures avec son futur enduit chaux-chanvre de 10cm à l’intérieur… et j’ai quitté le cours en larmes. Là, c’était trop pour moi : tous ces efforts, ces heures de réflexion, ce sentiment de faire une rénovation écologique, la fierté de cette isolation chaux-chanvre… Tout ça pour être traitée de criminelle ! Mon petit cœur n’en pouvait plus. Pourquoi est-ce que ça n’existe pas un guide de la parfaite rénovation écolo ? Qu’on en finisse une bonne fois pour toute !


Dessin sur l'isolation fait par une participante au cours de conception en permaculture

L’émotion retombée, on en a discuté avec Valérian. Pesé les pour et les contre et même pris rendez-vous avec l’Espace Info Énergie du Pays de Vannes.  Oui, ça avait l’air vraiment mieux énergétiquement l’isolation extérieure ; mais notre maison, à la base, c’était quand même un coup de cœur pour cette vieille bâtisse en schiste aux pierres ouvragées sur la porte. Recouvrir ça de bois, ça nous paraissait… criminel. Alors finalement, on a quand même conservé notre idée d’une maison en pierre avec une amélioration énergétique grâce à un enduit chaux-chanvre qui conserve l’inertie du schiste, et laisse respirer les murs. Tout en conservant le cachet de cette longère qui nous avait donner envie de l’acheter. Un projet à notre image, construit selon nos envies, nos valeurs, nos priorités. Et si le modèle unique et parfait de la rénovation écologique ça n’existait pas ? 

 

Clémentine

Saint Nolff, le 31 janvier 2018

Commentaires

Bonjour, je suis en train de remettre en ordre une petite maison 1910 en brique et colombage - enduit argile. En effet il y des solutions interessantes pour garder les briques en fassade extèrieure. Isolation interieure "pavadentro" (panneau de fibre) couvré d'argile. Et évidemment ce n'est pas "parfait" car l'isolation extèrieure est à favoriser....mais il y a dans tous ca toujours le choix estétique...donc, comm vous l'écrivez: le rénovation écologique parfaite, ben non, connais pas! Bonne continuation!

Très beau projet ! Juste un petit conseil, pensez à faire des débords de toit de 30cm mini sur les facades et pignons au cas où l'isolation par l'extérieur reviendrait faire surface un jour...en plus, vous protégerez vos murs des phénomènes de goutte d'eau.

Bonjour ! Peut etre un moyen simple sur au moins un mur, une verrière ou une sorte de verranda dans l' esprit hearthship pour un effet tampon...

En matière d'isolation et de conso énérgétique le problème c'est que la théorie est souvent loin de la réalité; ex les maison passives, leur conso annoncée est superbe ! sur le papier... dans la réalité, ces consos sont données sur la base d'une maison vide de tout habitant entre 8h et 19h.... faites en une vraie maison avec un papa ou une maman et son enfant et là patatra; ben le passif ne fait pas mieux que le reste.

Vous avez raison : fiez-vous d'abord à votre intuition et à vos envies ! Pour ce type de bâtisse, il est surtout impératif d'éviter toute étanchéité à la vapeur d'eau : celle-ci doit pouvoir circuler parfaitement de l'intérieur vers l'extérieur en hiver. Or, une isolation par l'extérieur trop hermétique ou mal faite (l'absence de continuité de l'isolant avec la maçonnerie pourrait se révéler catastrophique, empêchant la migration par capillarité). Soignez surtout l'isolation des combles, c'est l'essentiel. J'aime beaucoup votre argument à propos de votre choix d'un poêle à bûches plutôt qu'à granulés : j'y recours aussi quand on me tanne de trop avec mon choix de chauffage, identique... Sinon, vous connaissez sans doute l'association Maisons Paysannes de France ?

Bjr, Il y a des métiers qui sont réellement des métiers. Thermicien Conseil en est un, peut-être incontournable en rénovation. Son travail : 1) Vous conseiller sur les solutions possibles parmi toutes les propositions du marché 2) Mettre ces propositions en cohérence avec votre approche, vos attentes, vos objectifs. 3) Calculer les gains et impacts de chaque solution pour vous permettre de définir la bonne stratégie en étant Garanti du résultat. Tout est envisageable, reste à savoir si c'est la bonne solution POUR VOUS. A votre service

Bonjour,
je suis papy, donc ancien et, des discours divers, chacun défendant une solution absolument idéale, avec bien sûr arguments infaillibles, j'en ai entendu tant et plus …
J'ai moi-même eu mes certitudes et, l'expérience et l'âge aidant, j'en ai de moins en moins, sauf peut-être qu'il faut qu'une maison soit confortable, que ses occupants aient plaisir à l'habiter et à la regarder.
J'ai aussi, enfin, compris qu'aucun argument ne peut l'emporter a priori sur un ou les autre(s).

Etant devenu papy, donc avec l'immense bonheur d'avoir des petits enfants, je suis de plus en plus inquiet de leur devenir, entre autres au plan de leur biotope et de leur capacité à répondre, en leur temps, à leurs besoins.
J'ai donc aussi intégré que des travaux, quand bien même viseraient-ils à rendre la maison moins difficile et/ou couteuse à chauffer, doivent aussi être évalués au plan de leur pertinence en terme de retour sur investissement, économique certes, mais aussi environnemental.

Quelques explications :
- si des travaux ne sont pas amortissables financièrement avant 20 ou 30 ans, il est bon de se poser la question de leur pertinence, (dans votre cas, une ITE aurait rapidement fait monter les dépenses : débords de toits plus importants pour "couvrir" l'ITE), ITE elle-même (combien : 8 000, 10 000, 12 000 € ?), économie de chauffage : -15 à - 20% (déjà énorme !) soit, 10 stères de bois au lieu de 12, allez, même à 70€ le stère, 140€ d'économies à l'année pour (même en prenant un chiffre minimaliste) 8 000€ de dépenses. Temps d'amortissement : 57 ans !
- si, à l'identique des dépenses financières, des dépenses énergétiques (bilan total énergie grise) ne sont pas amortissables rapidement,

- si les émissions carbone engendrées par les travaux ne sont pas amortissables rapidement du fait d'émissions de GES évitées grace à moins de chauffage (et avec un chauffage au bois buche, attendu que le bois s'inscrit dans un cercle vertueux de 4 à 5 ans de "re-consommation" par du bois nouveau, ce sera forcément le cas),
… pour toutes les raisons évoquées ci-dessus, cumulées au plaisir visuel que je partage avec vous, cumulées également au fait qu'un mur en aspect intérieur pierre a un rayonnement plus faible qu'un enduit chaux/chanvre et donc génère plus de ressenti d'inconfort (compensable par une température plus élevée et, de fait, plus de conso d'énergie de chauffage) et qu'il serait donc, dans tous les cas, préférable d'enduire vos murs, je vous félicite de votre choix.

Pages

Ajouter un commentaire