Le MagDes idées pour construire demain

J'ai testé pour vous... le MOOC Permaculture !


Produite par l'Université des Colibris en collaboration avec les formateurs de l’Université populaire de la permaculture, cette formation gratuite en ligne "Conception en Permaculture" a pour objectif de permettre au plus grand nombre de se familiariser avec une conception et des techniques aujourd’hui largement répandues. Elle nous invite à nous à apprendre, à échanger, partager de nouvelles idées et nous donne à tous la liberté d’agir, en inspirant ou soutenant des projets déjà bien établis ou encore en gestation. J’ai pu suivre pour vous en avant première les 15h de formation en ligne…


- Ce que j’ai préféré

Sans hésiter, découvrir les forêts nourricières ! Ce sont des jardins qui ressemblent à des versions modifiées de la forêt naturelle. Des arbres, des vignes, des buissons, des plantes médicinales et des légumes poussent ensemble. Chaque plante est placée de manière à produire les conditions nécessaires au développement requis par une autre. Il en résulte des jardins luxuriants à haute productivité ne nécessitant aucun apport extérieur et très peu d’entretien. Ces jardins offrent en partie ou totalité la nourriture nécessaire à la communauté mais aussi la pharmacie, des fibres et des légumes destinés à la vente. Tout ceci sur une très petite surface.

En somme, ce sont les principes de la permaculture utilisés depuis des milliers d’années dans différentes régions du monde, par des personnes n’ayant jamais entendu parler du terme de permaculture. Par exemple, les Chagga du nord de la Tanzanie, ou encore les habitants de la région de Kandy au Sri Lanka...

- La phrase qui m’a marquée

"Lorsque je vois de l’érosion dans le paysage naturel, je sais qu’il y a également de l’érosion dans le paysage culturel" . C'est Warren Brush qui le dit (en anglais mais bon, ça compte quand même), une des figures emblématiques de la permaculture aujourd'hui.

- La lettre star

Le « P » ! Comme « Permaculture » bien sûr... mais aussi comme les trois principes éthiques de la permaculture :

  • Prendre soin des humains
  • Prendre soin de la terre
  • Partager équitablement

Il paraît que pour savoir si on est un permaculteur, il suffit de passer au prisme de ces trois principes chacun de nos actes et chacune de nos décisions. S’ils les respectent, c’est gagné !

- La question que je me posais depuis longtemps et à laquelle on m'a enfin répondu

Quelle est la différence entre l’agroécologie et la permaculture ?! Enfin, je vous dis pas, faut faire la formation pour savoir...

- Le chiffre que je retiens

J'ai personnellement besoin de cinq cent esclaves à plein temps toute l'année pour me déplacer, me nourrir, m'habiller, faire la cuisine, la vaisselle etc. C'est pas ma faute, c'est Jean-Marc Jancovici qui le dit.

- Ce que je n’imaginais pas 

C’est qu’il n'y avait pas une seule liste de principes de permaculture, mais plein ! Il y a les principes de Bill Mollison, ceux de David Holmgreen et ceux que chacun d'entre nous décide de mettre dans sa besace...

- La fleur que je ne voyais pas

C'est la fleur de la permaculture ! David Holmgren en parle mieux que moi (dans Essence de la Permaculture): « La fleur de la permaculture montre les domaines clés qui nécessitent une transformation pour créer une culture durable. Historiquement, la permaculture s’est concentrée sur l’entretien de la terre et de la nature. [...] Maintenant [elle s’est étendue] aux domaines des ressources physiques et énergétiques, tout comme aux organisations humaines. [...] Quelques-uns de ces domaines spécifiques, systèmes de conception et solutions qui sont associés à cette vision plus large de la permaculture, sont indiqués à la périphérie de la fleur.

Le chemin évolutif en spirale qui prend naissance dans l’éthique et les principes suggère le lien entre l’ensemble des pétales, en partant du niveau individuel et local pour atteindre le niveau collectif et global. L’aspect en toile d’araignée suggère la nature incertaine et variable d’un tel processus d’intégration. »

- Ce que j'ai toujours pensé et qui s’est avéré vrai

On peut jouer de la flûte avec une carotte (euh pardon, on me dit dans l'oreillette que c'est un panais, un panais !) J'en dis pas plus :


- Ce que je peux éviter

De me fixer des objectifs inatteignables ! “Un objectif bien défini est à moitié atteint” disait Abraham Lincoln, qui s'y connaissait en objectif atteint.

Pour bien avancer dans son projet de conception en permaculture, on découvre la méthode SMART, qui n’est pas directement issue de la permaculture, mais qui est un outil d’une grande aide pour designer un objectif à la fois motivant et atteignable...

- Ce que je trouve quand même très fort

Qu'il faut pas forcément avoir une ferme de 3 ha pour se lancer ! Une production peut se créer sur son rebord de fenêtre, son balcon et son jardin, mais aussi sur des terrain d’amis ou de voisins… ou des terrains publics (avec l'autorisation, hein). 

- La figure qui m’a le plus inspirée

Bill Mollison, parce qu'apparemment, c’était un sacré blagueur ! Considéré comme un des "pères de la permaculture", il a écrit des principes de la permaculture dans les années 1980. Mon préféré :  “fais le plus petit effort pour le plus grand changement”.

- Le défi que j’ai relevé

La place médecine, un exercice proposé par Norbert Fond. Elle consiste à choisir un lieu et de s'y rendre le plus souvent possible. L'objectif de cette activité est de rester assis, immobile et en silence et d'observer. Avec le temps, on découvre plein de choses qu'on ne soupçonnait pas... Moi je l'ai fait de mon balcon, et j'ai rencontré plein de pigeons super sympas.

Le mieux dans cet exercice, ce sont les quatre enregistrements audio faits par Nora Müller, qui nous aide à observer en direct...

- Ce qui m’a soulagée

De découvrir qu'apparemment, "dans un problème, il y a toujours une solution" Que cette solution se trouve même dans le problème. Pour illustrer ce principe, Warren Brush raconte comment son aventure avec le département d’assainissement de la région de Los Angeles. Ensemble, ils ont organisé la récupération des matières fécales qui posaient grand problème à la ville, sa transformation en compost, et sa distribution sur un site spécialement conçu pour les récupérer. Sur ce site d’expérimentation de 16ha, ils ont installé des fermes à agriculture régénératrice qui intègrent de l’arboriculture, des cultures annuelles et des animaux, pour essayer d’utiliser cette matière organique.

- Ce à quoi je ne m’attendais pas

Avoir des outils très concrets pour me lancer, et pas que des grands principes. Les éléments et les fonctions, le placement relatif, le système des secteurs et des zones... on apprend tout ça !

- Les piliers qu'on ne voit pas au début

Ce sont les trois pilliers de la permaculture bien sûr !

  • « Prendre la responsabilité de sa vie maintenant » Bill Mollison
  • « Le problème est la solution » Bill Mollison
  • « S'engager dans la descente énergétique »

- Le mot de la fin

C’est qu’on n’a jamais fini de se former, et c’est une bonne nouvelle !


Pour aller plus loin

Commentaires

Cet article vous a donné envie de réagir ?

Laissez un commentaire !