Le MagDes idées pour construire demain

L’ oasis de Magda, entre autonomie et ouverture sur le monde


Article paru dans KAIZEN n° 36, janvier / février 2018

Nichée aux abords d’un agréable village de l’Ariège, l’oasis de Magda est un écohameau en cours de réalisation. Cette utopie concrète fondée sur des valeurs de bienveillance et de partage souhaite harmoniser nature, énergie, culture et gouvernance.

“Nous avions envie de vivre autrement en participant à la création d’une nouvelle société basée sur des notions de solidarité. Le projet d’un écohameau nous a semblé adapté pour revaloriser la nature et un mode de fonctionnement entre humains différent », témoigne Marie-Christine Piazza, coconceptrice de l’oasis de Magda. « On s’est rendu compte que les changements dans le monde ne viendront que de la société civile, et pas d’ailleurs », ajoute avec conviction sa partenaire Anne Scheerlinck, qui a travaillé près de vingt ans dans le commerce de produits bio. Revenues en France fin 2015 après sept ans de vie au Québec, les deux femmes se sont installées dans l’Ariège pour faire leur part de colibris. Elles ont donc acheté un joli domaine de 3 hectares situé dans le village du Mas-d’Azil (09) en créant une société civile immobilière (SCI). Conçu pour accueillir cinq ou six maisons privatives sur 3 500 m2 constructibles, aux côtés de la résidence principale de 200 m2 qui servira d’espace commun, l’écohameau à venir prendra la forme d’une association syndicale libre (ASL) avec l’intégration d’autres habitants. 

L’oasis de Magda se veut un lieu holistique où nature, énergie, culture et gouvernance s’incarneraient avec respect et bienveillance. S’il existe aujourd’hui un petit potager en bio, il est prévu de l’agrandir pour que chaque foyer puisse cultiver des légumes et des plantes. « Au quotidien, l’idée est de pouvoir à la fois acheter auprès des producteurs bio locaux, tout en créant, sur le terrain, un potager collectif pour enrichir notre alimentation de manière saine et autonome avec, notamment, des plantes aromatiques et médicinales », peut-on lire sur le descriptif du projet. La propriété dispose également d’un hectare de terrain agricole pour lequel les deux femmes recherchent un maraîcher en permaculture. Cette mise en valeur des parcelles arables viendrait compléter « un verger avec abricotiers, pommiers, poiriers, cerisiers… Ainsi que des arbustes type framboisiers, groseilliers et cassissiers dans les haies qui bordent le terrain », sans oublier le poulailler. Pour parfaire cette unité dans la « beau-diversité », l’oasis de Magda porte actuellement son attention sur la roseraie du domaine. « On a gardé les roses qui étaient là et on a planté des variétés plus anciennes, celles que j’aime appeler les “mères des roses”. Elles ont de nombreuses vertus médicinales et étaient utilisées autrefois par les apothicaires », explique Marie-Christine, qui s’occupe désormais de transformer ces fleurs. Eaux florales, huiles essentielles ou sirops : les roses de l’oasis sont désormais entre de bonnes mains !

Vers une sobriété énergétique

« Concernant l’écoconstruction et la sobriété énergétique, nous souhaitons des constructions sobres, harmonieuses et respectueuses de l’environnement. Le choix des matériaux est libre dans la mesure où ce sont des matériaux écologiques (bois, pierre, paille, terre) », précisent dans leur projet les deux femmes, qui ambitionnent aussi la mise en place d’un chauffe-eau solaire pour chaque maison. « L’Ariège est la deuxième région de France la plus ensoleillée », rappelle Anne avant d’ajouter qu’elles vont « étudier avec l’Ademe [Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie] dans quelle mesure [elles] peu[ven]t réellement être complètement autonomes énergétiquement ». Pour compléter le volet énergétique, l’oasis de Magda prévoit un assainissement collectif en phytoépuration.

Actuellement, trois foyers travaillent à la réalisation concrète du projet en attendant de trouver deux ou trois autres partenaires pour l’aventure. Après avoir obtenu un avis favorable de la mairie pour le certificat d’urbanisme opérationnel, l’oasis pourra commencer les constructions à l’été 2018. « Nous sommes convaincus que l’oasis de Magda doit aussi être un projet intergénérationnel », souligne Anne. Conscients de la difficulté pour des jeunes d’investir du temps et des fonds, les trois foyers actuels réfléchissent à la possibilité de louer quelques maisons. Attaché à l’esprit de solidarité, l’écohameau souhaite mutualiser certaines parties « en partageant des lieux, des outils, des activités, des connaissances dans une démarche d’ouverture du “je” au “nous” où chacun(e) peut progresser dans son cheminement pour que nous allions plus loin ensemble ». Si une salle commune dans la maison principale et une piscine sont déjà disponibles, un local de bricolage est prévu, et le partage de vélos, le covoiturage ou encore une buanderie collective seront soumis à proposition. Pour compléter ce cadre de vie, l’oasis proposera aussi des activités ouvertes au public, animées par les résidents ou par des locaux (méditation, poterie, formations, etc.). 

Pour aller plus loin 

Commentaires

Bonjour, Vous trouverez le lieu exact sur la page https://www.colibris-lafabrique.org/les-projets/loasis-de-magda-mas-dazil

Bonjour je voudrais savoir si vous avez connaissance d'un lieu des vacances pour familles(type village des premiers)je suis une grand-mère avec 4enfants 6,8,10,15 ans?
Un endroit des vacances ou se practique la philosophie du colibrí?

Oui, il existe le réseau Accueil Paysan avec des gites, camping ... Je reste à votre disposition,
Bonnes vacances !

Félicitations! Alors c'est possible, enfin!
Cela ressemble pas mal à mon rêve: solidarité mais indépendance, entraide, partage, écologie, de l'humain, loin de la foule déchaînée sans être coupée du monde.
J'aimerais assez participer à l'aventure. Mais je ne sais pas si ce que je peux apporter peut être utile.
A bientôt de vous lire.
Chantal.

J'ai eu 3 métiers éducatrice, accompagnatrice de randonnée équestre et gérance d'un poney club, praticienne shiatsu
j'ai élevé seule mes deux enfants et je les ai nourris par la production de mon potager
actuellement à la retraite, je vis dans une roulotte en bois sur un terrain agricole m'appartenant, en complète autonomie énergétique, sans aucune empreinte écologique
je suis heureuse d'avoir réalisée seule ce projet, mais je souhaite maintenant une vie communautaire, de partage et de relations complices
Accepteriez vous dans l'oasis de Magda une personne de 65 ans désireuse de mettre ses compétences, son énergie e sa bonne humeur au service d'un projet communautaire
amicalement

Nous venons 3 fois par an à blagnac partager des moments de bonheur avec nos petits enfants. Nous habitons en Bretagne une maison bioclimatique avec chauffage solaire (90% d'autonomie) et chauffe eau solaire (30 à 50%). Nous cherchons un lieu comme le vôtre. Je suis maraîcher bio ( depuis 1983) à la retraite actuellement.
Je vous contacterai vers la mi décembre pour une rencontre éventuelle entre le 20 décembre et le 6 janvier.

Ajouter un commentaire