bandeau campagne 2022 : RÉagissons
Recevoir des infos
Le MagDes idées pour construire demain
Mode d'emploi

Le Tour de France des Écolieux - Terre Vivante#2

Pascal Aspe : l’écologie partout et tout le temps

Docteur en biologie forestière et responsable des jardins du Centre Terre Vivante depuis 2011, Pascal Aspe est l’un des plus anciens membres de l’équipe. Il explique comment les principes de l’écologie irriguent cette Scop à tous les étages :  qu’il s’agisse de l’organisation humaine, des équilibres économiques ou de l’entretien des jardins et des espaces naturels.  

– Terre Vivante voit le jardin comme un écosystème où d’innombrables interactions relient les plantes, les insectes et les animaux. Comment cette approche écologique est-elle transposée dans l’organisation humaine de votre Scop ?

Pascal Aspe : Tout d’abord les fondateurs de Terre Vivante ont immédiatement souhaité ancrer leur mission (transmettre les savoir-faire du jardinage bio) dans la pratique. Le lien à la terre n’est donc pas théorique, mais effectif et concret. Par ailleurs ils ont, consciemment ou non, imité la nature en s’appuyant sur la complémentarité des différents supports de Terre Vivante. Nos activités fonctionnent comme des cultures associées. Le centre écologique et ses formations - qui utilisent l’oralité et l’action - complètent les livres, qui approfondissement les sujets, et la presse, elle, répond à l’actualité. Cette approche écosystémique se concrétise par une foule de liens entre nous et par une conscience forte du fait que nous sommes tous interdépendants. Ici tout le monde est capable de parler de toutes les activités. Même si chacun a aussi une spécialité, il n’y a pas de chasse gardée. Les jardiniers et les formateurs connaissent et évoquent souvent les livres et le magazine. Ils y participent notamment à travers des tests de matériel ou de nouvelles pratiques potagères, dont les résultats et les photos sont publiés dans le magazine et les livres. De même les auteurs, souvent experts, apportent des savoirs aux jardiniers, etc. 

©LionelAstruc

– Pour accroître encore ces interdépendances fécondes, comment mobilisez-vous votre communauté qui pratique le jardinage bio, naturel, etc ? Comment contribuent-ils, via votre site, magazine ou autres, par leurs expériences au jardin et au potager, à construire ces communs sur le vivant et sur la bio ? Les interconnexions de cet écosystème se déclinent-elles aussi au niveau économique ?

Oui, ça fait partie de notre culture de nous protéger mutuellement, comme les plantes compagnes : l’édition et la presse soutiennent financièrement le centre d’écologie pratique qui, de son côté, est un moyen exceptionnel de faire connaître les livres et le magazine. Il fait de nous un éditeur unique et cela a une valeur importante, même si c’est difficile à chiffrer. Cette complémentarité est assumée : le déficit du centre n’est pas une épée de Damoclès et ne nous pèse pas. Du reste si on comptabilisait notre contribution écologique  – le capital écologique et social que représente la contribution du centre au développement des pratiques bio et à la biodiversité –, on serait probablement bénéficiaires. 

– Comment envisagez-vous la gestion écologique des terres du centre ?

Une de nos priorités est de maximiser la biodiversité. On regarde sans cesse ce qu’il faut améliorer pour donner la plus grande place à la nature. Quand les fondateurs sont arrivés, il y a 25 ans, ils ont fait l’inventaire faunistique et floristique. Aujourd’hui le dernier inventaire nous dit que, depuis, on a gagné quelques espèces. Nous menons une gestion différenciée selon les espaces : certaines prairies sont fauchées et d’autres non, certaines parties de la forêt sont très ouvertes, d’autres moins, nous avons des jardins, de nombreuses mares etc... Notre domaine est une mosaïque d’habitats. Cela fait la valeur du site, c’est un de nos points forts.

On a aussi conscience de certains points faibles : l’absence d’animaux d’élevage nous conduit à faire encore entrer beaucoup de fumier. On fait aussi rentrer beaucoup de paille pour couvrir le sol. Mais depuis deux ans on essaye d’être plus autonomes et donc de réutiliser davantage nos propres végétaux en paillage. Dans cette logique, on a aussi fait un diagnostic du potentiel mellifère du lieu. On a obtenu un résultat très faible et on a commencé alors, comme je le disais, à planter des arbres mellifères. Cela rejoint notre démarche de travailler avec l’existant, c’est-à-dire la forêt omniprésente : plutôt que de planter de la lavande, on améliore la forêt pour produire du miel. De même on a greffé de nombreux arbres (aubépines et prunelliers, notamment) en cognassiers, en pommiers, en poiriers, pour avoir des fruits sans pour autant planter de nouveaux arbres. 

– La recherche de sobriété est un principe commun à toutes vos activités. Pourquoi ? Quelle est l’origine de cette démarche ? 

La sobriété est inhérente au message des fondateurs puisqu’ils étaient parmi les premiers à dire et montrer que l’on peut se passer de produits phytosanitaires. Ils se sont toujours demandé comment agir et monter le projet de la manière la plus écologique possible, en cherchant toujours ce à quoi l’on peut renoncer. La vie du domaine est rythmée par ce principe, cette recherche d’équilibre. Le cas des ânes est un bon exemple : les fondateurs voulaient tout faire avec des animaux, que ce soit le transport du compost, du bois, etc. pour limiter au maximum l’utilisation d’engins et la consommation d’énergies fossiles. Seuls les travaux lourds (terrassements ou gros travail du sol) étaient faits avec des machines. Les ânes entretenaient le milieu (les forêts notamment qui ont besoin de rester ouvertes pour accueillir la faune) et fournissaient de la matière organique. Mais s’occuper de ces animaux coûtait beaucoup trop cher par rapport aux moyens de la structure. Donc après quelques années, ils ont arrêté l’élevage. Aujourd’hui on a le problème inverse : le milieu se referme. On a utilisé des débroussailleuses et tronçonneuses pour rouvrir les bois... mais on commence aujourd’hui (20 ans après l’arrêt des ânes) à remettre des animaux qu’il ne fallait peut-être pas enlever totalement. On a alors mis en place un partenariat avec un voisin éleveur de brebis. Comme pour le jardinage, tout est une question de coopération et de dosage, une recherche d’équilibre dont on sait qu’elle ne s’arrêtera jamais. 


La série “Tour de France des écolieux”, en libre accès, est produite par Colibris le Mag, en partenariat avec l’Agence de la Transition Écologique (ADEME).

Découvrir tous les articles


Commentaires

Cet article vous a donné envie de réagir ?

Laissez un commentaire !