Passer à l'action

Vous êtes ici

Avec les jeux coopératifs, éduquer autrement

Parler d’éducation, ce n’est pas seulement parler d’école, ou d’enseignement. C’est avant tout une posture générale envers les "apprenants" : bienveillante, positive, non violente. Pour cela, la question de l’apprentissage des méthodes coopératives comme les jeux coopératifs ou les méthodes de Communication Non Violente (CNV) semblent une étape importante sur ce chemin. On peut penser à former les enseignants, mais aussi donner aux enfants un cadre qui permette de développer ces postures le plus tôt possible. La coopération, c’est une clef pour une autre éducation. 

On joue ?

Contrairement aux jeux traditionnels, souvent fondés sur le principe de compétition, les jeux coopératifs ont pour intérêt de rechercher la réalisation d’un même objectif commun à tous les joueurs. Par définition collectifs, ces jeux reposent sur des valeurs d’entraide et de solidarité : la réussite passe par la mobilisation de chacun et la concertation de tous. Le concept des jeux coopératifs offre donc un autre regard sur l’idée de réussite : il n’est plus question d’individualisme pour l’emporter face aux autres adversaires, mais d’intelligence collective pour évoluer et gagner ensemble…

Les jeux coopératifs sont donc un outil utile à toute organisation humaine. En famille ou au boulot, les jeux coopératifs doivent permettre d’éviter les situations de blocage ou de conflit. En favorisant les comportements d’écoute et de respect - et ce dans une ambiance ludique et franchement drôle ! - les jeux coopératifs ouvrent d’autres horizons, et développent l’esprit d’équipe et la cohésion de groupe. Un instrument idéal pour construire positivement le vivre-ensemble !

Mais quels sont donc ces jeux coopératifs, au fait ?


Il en existe plusieurs dizaines, avec des fonctions et des degrés de défi différents. Ainsi, nous pouvons jouer au Jeu des bonjours : simple, ce jeu vise à se présenter sommairement (prénom, structure, intérêts par exemple) à chaque personne du groupe, et ce dans un mouvement dynamique et inter-personnel. C’est une manière de rencontrer les autres en étant à l’aise au sein du collectif, générant par la même occasion une ambiance propice et détendue pour la suite des aventures.

Une version plus détaillée de la vidéo existe ici.

Nous pouvons jouer au Voyage autour du monde, jeu distrayant inspiré de la chaise musicale… mais coopérative cette fois ! Plus les chaises disparaissent au gré des pays parcourus, plus le groupe doit trouver des solutions collectives pour continuer le voyage ensemble (en s’accrochant par la main dans des positions acrobatiques, en se relayant, etc.) : une bonne façon de tisser de premiers liens dans un groupe !

On trouve encore le jeu du Cercle-chaise pour instaurer un peu plus de défi dans les activités. Les participants se tiennent chacun derrière une chaise et sont disposés en un cercle. Ils basculent ensuite leur chaise en arrière, sur deux pieds, et doivent la maintenir d’une seule main, au dos de la chaise. Puis, ils avancent d’une chaise à l’autre en même temps et du même côté en attrapant la chaise suivante. Le but est de faire un tour complet du cercle sans laisser tomber les chaises ou les laisser reposer sur leurs pieds. Ce jeu nécessite ainsi de coordonner un rythme maîtrisé à l’échelle du groupe entier, très formateur !

Il y a aussi le jeu du Pingouin qui consiste à renouveler un cercle permanent en ne laissant jamais les mêmes personnes au même endroit plus de 5 secondes : mobilité et stratégie collective sont donc sollicitées au premier chef !

Il existe quantité d’autres jeux coopératifs. Vous en trouverez ici :

  • Livret "Jeux de coopération, différents types de jeux pour les enfants et les jeunes", Graines de Paix et Service Civil International (branche suisse), 2009. À télécharger ici.
  • "Qui veut jouer avec moi ? Jouer pour mieux communiquer avec nos enfants", de Lawrence Cohen, aux Éditions JC Lattès.

Vous aussi, laissez-vous tenter par l’expérience des jeux de coopération : rires et bonnes découvertes garantis. Car le jeu permet, aussi, de construire un nouveau modèle de société...
 
À vous de jouer !

 

Merci à Yannis, de la Compagnie Alter Ego, qui a permis aux équipes de Colibris et du Printemps de l’éducation de tester plusieurs jeux coopératifs, accessibles à tous et en tous lieux !